Header 1

Nouveautés Livres

Accueil >  Découvrir > Nouveautés > Livres

Voir toutes nos nouveautés Livres

Parmi nos nouveautés livres...

Les bibliothécaires du Quadrant ont choisi de vous présenter :

Nouveauté Livre - Les émotions cachées des plantes - Didier Van CauwelaertLes émotions cachées des plantes

Dider Van Cauwelaert

Réserver ce livre

Aussi incroyable que cela paraisse, les plantes sont capables d'éprouver toute la gamme des émotions. Et comme on l'a récemment démontré, elles savent aussi, par les moyens les plus extraordinaires comme les plus simples, transmettre ce qu'elles ressentent. La nature ne cesse de nous parler, preuves à l'appui.

L'avis de Virginie, Secteur Adultes, Bibliothèque des Annonciades

Dans cet ouvrage, Didier Van Cauwelaert a délaissé sa plume de romancier pour se faire vulgarisateur scientifique du monde végétal, surfant sur la vague du pouvoir et de la féérie de nos amies les plantes. Il décline ici leurs étonnantes émotions et s’appuie sur des observations scientifiques pour étayer ses propos. Certains seront sensibles à cet hymne à la nature en découvrant des comportements étonnants des plantes quand d’autres resteront dubitatifs sur le bienfondé de certaines « hypothèses de romancier », voire des « hypothèses chamaniques » comme il l’écrit lui-même.

 

 

 

Nouveauté Livre - Le ghetto intérieur - Santiago H. AmigorenaLe ghetto intérieur

Santiago H. Amigorena

Réserver ce livre

Buenos Aires, 1940. Des amis juifs exilés se retrouvent au café pour parler de cette Europe qu'ils ont fuie quelques années plus tôt. Parmi eux, Vicente Rosenberg s'inquiète pour sa mère, restée en Pologne, à Varsovie. A travers le destin de son grand-père parti en Argentine pour échapper au nazisme, l'écrivain et réalisateur d'origine argentine raconte la vie mélancolique de l'exil.

L'avis de Sophie, Secteur Adultes, Bibliothèque des Annonciades

Voilà une histoire simple et… terrible, sobrement écrite, qui  s’avère aussi une histoire de famille. Une histoire d’exil, de judéité et de culpabilité : celle du héros, Vicente, juif polonais émigré en Argentine en 1928, envers sa mère restée en Pologne puis parquée dans le ghetto de Varsovie et qui connaîtra le sort funeste des millions de Juifs, victimes de la barbarie nazie. Cette culpabilité liée à un sentiment d’impuissance ronge et dévore Vicente qui choisira de se taire. Il deviendra alors l’artisan de ce « ghetto intérieur » qui l’isolera de son épouse, de ses enfants et de ses amis. Comment vivre avec ce silence et cette culpabilité ? Santiago H. Amigorena entremêle ce drame aux faits glaçants de l’Histoire et pose également la question de l’identité : si loin de sa mère et de ses origines, que signifie alors la judéité de Vicente ? L’auteur nous livre également un épilogue bouleversant dans lequel le silence douloureux de Vicente trouve un exutoire : celui de la mémoire familiale, Santiago H. Amigorena n’étant autre que son petit-fils…

Nouveauté Livre - Celle qui pleurait sous l'eau - Niko TackianCelle qui pleurait sous l'eau

Niko Tackian

Réserver ce livre

Un jour caniculaire de juillet, le maître-nageur de la piscine Pailleron, dans le quartier des Buttes-Chaumont, aperçoit le cadavre d'une jeune femme dans l'eau. La victime s'appelle Clara Delattre. Selon Tomar Khan, chargé de l'enquête, il s'agit d'un suicide. Dubitative, son assistante Rhonda poursuit les recherches qui la mènent sur les traces d'un pervers narcissique récidiviste.

L'avis de Marjorie, Secteur Adultes, Bibliothèque des Annonciades

Voici un roman policier tout en subtilité qui met le doigt non pas sur la violence physique mais avant tout sur la violence psychologique. C’est également un hommage vibrant aux femmes victimes de toutes formes de violences et une dénonciation du mécanisme psychologique de leurs bourreaux, trop souvent impunis. L’auteur jongle entre les personnages avec virtuosité pour nous esquisser les portraits touchants des protagonistes de cette histoire. Cette mise en page des personnages met également en lumière les failles du système judiciaire actuel mais l’implication de chacun (policier, procureur…) est totale et c’est ce qui touche le plus. Lorsque l’on referme le livre, on a la certitude d’avoir lu un bon roman mais il reste une petite impression de malaise, comme une petite lumière dans notre cerveau qui vous dit de rester vigilant (pour vous mais pour les autres aussi)…